Un projet d'écriture porteur de sens pour les élèves: la carte de voeux .

Ecrire est souvent un mot qui peut faire peur, il paralyse certains adultes et effraie déjà trop d’enfants, très tôt… Mais ce n’est pas une fatalité, la production d’écrits doit être banalisée pour devenir naturelle et aisée pour tous !

La carte de vœux est vraiment l’exemple d’un projet d’écriture qui a du sens pour l’enfant.

Lire une carte de vœux relève d’une vraie situation de lecture. Quelqu’un a voulu communiquer ses vœux sur un support particulier.

Écrire une carte de vœux relève d’un vrai projet d’écriture : présenter des vœux à quelqu’un. C’est donc avant tout mettre en mots sa pensée et cela impose de réunir ses idées, de les organiser avec les outils de la langue écrite.

Créer une carte de Bonne Année relève d’un projet de création artistique qui suppose de relier le support et le message. La création de ce support est idéale pour travailler le geste d’écriture d’une manière ludique (tonicité de la main, motricité fine, notion d’alignement, déplacement du bras et des doigts, espacements…)

LES ETAPES DE LA PRODUCTION DU TEXTE DE LA CARTE DE VOEUX

 

Etape 1 : L’amorçage

L’amorçage comprend toutes les activités qui permettent de faciliter l’entrée dans la tâche d’écriture, qui en montrent l’intérêt. Ainsi, l’enseignant va expliquer aux élèves pourquoi on va écrire et à destination de qui.

Trois questions principales peuvent se poser : Pour qui, Pourquoi ? Comment ?

Des supports différents peuvent être évoqués : un support écrit, un mail ? Une carte individuelle, une carte collective ?

La question du « Comment » permettra d’aborder la diffusion du message : l’enveloppe, le timbre, l’adresse, la poste, l’ordinateur ? Elle portera à questionner les outils de diffusion : nature du message, rapidité de communication, dans les deux sens : envoi et réponse.

Des techniques différentes peuvent être utilisées : dessin, peinture, coloriage, découpage, images ou photos ?

IMG_20210103_203048.jpg

Etape 2 : L’étayage et la planification

L’étayage correspond à l’ensemble des activités qui vont permettre à l’élève d’acquérir les moyens de construire, de planifier et de mettre en œuvre son projet d’écriture. Ainsi, l’enseignant pourra proposer et analyser avec les élèves des exemples de cartes de vœux pour mettre en écho les caractéristiques du texte à produire : on apprend à écrire aux élèves en s’appuyant sur des écrits connus.

L’enseignant proposera également des documents, des référentiels, des exemples, des modèles afin d’assurer une bonne représentation de l’écrit.

Le message principal situé sur le recto de la carte : « Bonne Année », « Meilleurs Vœux », sera distingué du message secondaire, écrit par celui qui envoie la carte au verso ou sur la deuxième page.

Le message secondaire devra être planifié par l’élève pour lui permettre de développer son raisonnement.

Etape 3 : le premier jet.

Le premier jet est l’étape qui arrive juste après le brouillon. Il a vocation à être relu et amélioré ensuite par l’auteur ou autrui.

Le premier jet peut être collectif, à l’oral, puis individuel, à l’écrit.

Etape 4 : la révision du texte.

La révision du texte est le temps de réécriture. L’élève apprend que le premier jet n’est pas le texte abouti, qu’il faut le relire pour l’améliorer, l’enrichir. Des outils peuvent être proposés pour faciliter la révision du texte (grilles de relecture, référentiels, dictionnaires…)

 

Etape 5 : La formalisation.

Il s’agit du texte abouti, achevé, que l’on peut donner à lire aux autres. La qualité de la présentation mettra en valeur le travail déjà réalisé. L’élève apprend alors à copier un texte sans erreur orthographique, avec une écriture fluide et lisible.

Un support suppose un envoi.

En maternelle et au début du cycle 2, le support de diffusion prend beaucoup d’importance parce qu’il permet de construire le sens du mot destinataire et celui de la destination. L’enveloppe, l’adresse, le timbre sont des supports matériels qui permettent d’évoquer concrètement toutes les étapes de la communication différée. Aller au bureau de poste, le visiter, échanger avec le postier, lui demander d’expliquer son travail…déposer les enveloppes timbrées, permet de donner du sens au projet.

Avec les plus grands, les deux formes de diffusion peuvent être discutées, comparées, utilisées. L’utilisation par internet questionne les couts de production et de diffusion ainsi que la confidentialité et la sécurité des données numériques. La diffusion sur des réseaux sociaux peut être discutée à ce niveau.

Voici ci-dessous deux documents pouvant être utilisés en classe lors de l'élaboration de la production du texte de la carte. Vous pouvez les télécharger en cliquant dessus.

Pour écrire une carte de voeux_page-0001
Référentiel pour écrire une carte de voe

La carte de vœux : un support pour travailler

le geste d’écriture…

 

Bien entendu, le geste d’écriture sera mis en œuvre dans la rédaction de la carte. « Bonne année » est ainsi un ensemble de mots facilement décodables et encodables à cette période de l’année de CP, la formation de ces lettres ayant certainement été assimilée pour des élèves ayant suivis la méthode de Danièle Dumont pour l’enseignement de l’écriture.

Pour les élèves de maternelle qui n’ont pas encore vu en classe la formation des lettres, il est possible de coller des étiquettes des lettres. Il s’agit dans un premier temps d’un exercice de reconnaissance des lettres, mais il s’agit surtout d’un bon exercice de gestion statique de l’espace qui prépare aux notions suivantes : travail sur l’alignement, les hauteurs de lettres, les espacements…

Mais la confection de la carte de vœux permet également de renforcer les compétences essentielles qui permettront d’obtenir ensuite une écriture fluide et lisible.

Faire un fond de carte en peinture permettra de travailler le déplacement du bras.

Les décorations sur ce fond permettront de revoir le placement de la main. Un cadre de boucles ou de zig-zag peut également être proposé et permettra de travailler le maniement du crayon.

Un coloriage présentant de petites formes à coloriées, de type « mandalas » peut aussi être ajouté au support. Il va permettre à l’enfant de travailler le placement de la main, le maniement du crayon, la gestion des appuis.

Découvrez un ancien article de Danièle Dumont sur son site sur la création de cartes qui reste d’actualité : Faire une carte de Noël en apprenant à écrire. – Le geste d'écriture (legestedecriture.fr)

IMG_20210103_204951.jpg

Et le Postcrossing, vous connaissez?

Voici une proposition qui peut être source de motivation pour les élèves...

 

Qu'est ce que le Postcrossing?

 

L’objectif de ce projet est de permettre à n’importe qui d’envoyer et de recevoir des cartes postales du monde entier !

L’idée est simple : pour chaque carte postale que vous envoyez, vous en recevrez une de retour d’un postcrosser aléatoire de quelque part dans le monde. C’est une bonne manière de découvrir avec les élèves des pays et des cultures différentes…

Voici le site pour s’inscrire : Postcards connecting the world - Postcrossing

Postcrossing-Tanjas-Everyday-Blog-Postka